tel. +32 9 335 88 86    |    gsm +32 493 49 72 64    |    annabel.bourgois@gmail.com

L’homme cherche à se comprendre

 

 

L’homme a de tous temps cherché à se comprendre, c’est une aventure qui comporte de nombreux chemins, de nombreuses voies, dont certaines sont gratifiantes, et d’autres parsemées d’embuches inimaginables. Il semble que tous ceux qui font cette démarche, suivent tous le même fil conducteur : ils se tournent vers des réponses ou des explications qui ne viennent pas du plus profond d’eux-mêmes, mais de sources qui leurs sont extérieures.

La conscience de soi est la caractéristique qui définit les êtres humains. Même s’ils ne savent rien d’autre, les gens savent en général qu’ils existent en tant qu’entité individuelle. Chaque personne est unique et a sa propre interprétation de l’univers ainsi que sa manière personnelle de le percevoir. Il semble que l’Homme ait une particularité qui se retrouve chez tout individu, quels que soient les concepts qu’il vienne d’appréhender et quelque soient ses récentes découvertes personnelles.

La vie d’un individu est un composite : elle est faite des ses différentes zones d’intérêt et de ses diverses relations, telles que celles qu’il a dans son travail, avec sa famille, ou dans les différents associations dont il fait partie, et dans les groupes auxquels il est affilié. Ces différentes composantes peuvent  s’entremêler, se contredire ou à l’inverse se supporter  les unes les autres. Mais, elles sont à coup sûr, des parties distinctes les unes des autres quand au comportement de la personne dans l’existence. De même, les gens sont composés de différentes parties qui se distinguent les unes des autres, comme les diverses « manières d’être », les différents « soi » qu’ils adoptent, selon les situations ou les circonstances dans lesquelles ils se trouvent. Lorsqu‘en pratiquant Idenics, on se réfère à ces diverses parties, on parle d’identités que l’on définit comme « une manière d’être dans le but d’accomplir quelque chose ». Pour faire simple, une identité est un « soi » séparé créé par l’individu, ce « soi » séparé est fait d’ idées, de croyances, de conclusions, de décisions, etc… ce « soi » étant destiné à atteindre un but ou un objectif. Une identité est un ensemble de règles et de lois dictant le comportement à avoir dans certaines circonstances. On pourrait citer par exemple, des identités de mari, ou d’épouse, des identités reliées au travail, comme celles de professeur ou de chauffeur de taxi.

Il y a apparemment un individu fondamental, ou un être fondamental, le « Je » qui crée ses identités, qui vit sa vie à travers ses identités, et qui passe (shift) de l’une à l’autre automatiquement, sans vraiment y penser. Par exemple : le vendeur d’ordinateur, qui lorsqu’il travaille est dans son identité de vendeur, mais lorsqu’il rentre chez lui, et qu’il voit sa femme et ses enfants, il passe (shift) à une identité de parent ou de mari.  En tant que vendeur, son but premier est de vendre un maximum d’ordinateurs, objectif et activité complètement inadaptée lorsqu’il rentre chez lui et qu’il est en famille, donc il passe (shift) à une identité de parent ou de mari,  avec un autre but et un objectif différent. Mais, en quoi ce discours au sujet des identités concerne-t-il la recherche de compréhension de l’Homme ?

Ceux qui ont usé et abusé des thérapies et des techniques d’amélioration personnelle ont une chose en commun, ils ont tous quelque chose en eux qu’ils veulent améliorer, résoudre, changer ou transformer. Idenics appelle cela « des situations personnelles non désirées », qui peuvent être exprimées par la personne de deux manières ; 1) quelque chose qui est présent, mais qui n’est pas désiré, comme une situation liée à de la peur ou à de l’angoisse, ou 2) quelque chose qui manque, mais qui est désirée, comme une aptitude que la personne aimerait avoir. Il peut sembler étrange d’utiliser le terme de « situation non désirée » pour se référer à un désir d’atteindre une aptitude.

Mais en général, si un praticien demande à son client s’il y a quelque chose qui le retient, ou quelque chose qui l’empêche d’atteindre un objectif ou quelque chose qui ne lui permet pas d’exercer cette aptitude , le client va exprimer plus d’une « situation non désirée » à traiter. L’une des premières découvertes d’Idenics est que cette situation non désirée correspond à une identité, et,  qu’en s’adressant correctement à l’identité en question, la « situation non désirée » peut, dans la plupart des cas, être résolue facilement.

Avoir des identités n’est pas en soi aberrant. Assumer des identités ne crée en général pas de difficulté à la personne qui le fait, comme dans l’exemple ci-dessus. Mais si la personne prend une identité dans laquelle elle est collée, sans le savoir, tout en croyant qu’elle est elle-même et non cette identité, peut créer toutes sortes de problèmes à l’individu.

On peut comparer une identité à une armure. Quand le chevalier enfile son armure, cela limite ses mouvements, mais c’est utile dans certaines circonstances. Mais imaginez qu’une fois l’armure endossée, l’homme oublie qu’il la porte, et qu’il croit qu’elle fait partie intégrante de lui-même. En d’autres termes, il n’y a plus de séparation entre lui et l’armure. Lors d’une bataille, c’est parfait, car il bénéficie d’une protection métallique épaisse. Après cela,  aussi bizarre que cela puisse paraître, alors qu’il se promène au bord d’un lac, il voit des gens nager et il décide qu’il veut en faire autant. Il plonge, et il coule. Quelqu’un le sort de l’eau, et alors qu’il est étendu sur le bord du lac, il pense en lui-même « Qu’est-ce-qui ne va pas chez moi ? Les autres peuvent nager, et pas moi ! » Voilà une situation non désirée. Et tout ce qui lui reste à faire, est d’enlever l’armure, mais il ne sait plus qu’elle ne fait pas partie de lui.

L’analogie ci-dessus peut paraitre un peu simpliste, mais elle permet de démontrer comment une situation non désirée peut être associée à une identité. Les gens se « noient » à cause des identités qu’ils confondent avec leur propre personnalité et dont ils ne peuvent se décoller. Une bonne définition de ce genre de situation pourrait être « être quelque chose ou quelqu’un, sans même s’en apercevoir ». Etant inconscient des identités qu’ils ont prises, les gens peuvent croire qu’ils ont des limites, et  peuvent inventer une ribambelle de raisons et d’explications qui semblent  justifiées, mais qui n’apportent aucune solution à leur situation non désirée.

Le concept d’identités n’est pas nouveau ; elles ont porté de nombreuses appellations, et  d’innombrables explications ont été avancées quant à leurs manifestations. De nombreuses écoles de pensées mentionnent les identités, et cela depuis des centaines, voir des milliers d’années. Mais, avant Idenics, on ignorait encore beaucoup de choses à propos des identités, comment et pourquoi se forment-elles, leurs caractéristiques et leurs manifestations, leurs relations avec les problèmes des gens, comment les traiter, et l’importance qu’il faut leurs accorder lorsqu’une personne cherche à se réaliser pleinement. Découvrir qui vous êtes vraiment peut être aussi simple que de vous rendre compte de « qui » vous n’êtes pas.

Idenics est une nouvelle pratique, et non un remaniement d’une discipline existante. La plupart des gens considèrent que les concepts d’Idénics, et la manière dont ils sont utilisés, n’entrent absolument pas en conflit avec leurs propres croyances ou réalité. Au contraire, la plupart sont plutôt heureux de découvrir qu’Idenics est un complément à leur propre manière de penser.

 

Mike Goldstein

Traduction : Joëlle Charbonnier